L’extension du jour : Le plugin Post UI Tabs

L’extension du jour : Le plugin Post UI Tabs

Mise à jour : 18 mai 2015.

Il existe un bon moyen pour présenter ses références dans une seule page et par domaines d’intervention : l’extension Post UI Tabs. Ce plugin permet de présenter du contenu multiple via une navigation par onglets jQuery, comme vous pouvez le voir sur cette page test.

Télécharger Post UI Tabs (cette extension n’est plus maintenue, il est donc possible qu’il y ait un souci de compatibilité avec votre version de WordPress ou avec votre thème.)

Comme d’habitude vous téléchargez l’extension, vous la dézippez et vous l’activez.

Ensuite vous allez dans l’administration de votre blog, puis Réglages (où vous allez pouvoir paramétrer l’outil).

capture reglages Post UI Tabs

Vous allez pouvoir choisir votre habillage (25 styles sont disponibles) ou appliquer votre propre CSS (pour cela il faudra cocher l’élément Disables Skins).

Une fois ces réglages effectués, vous allez pouvoir intégrer votre contenu dans un article ou dans une page en plaçant ce code :

code Post UI Tabs

Il peut-être copié-collé via ce lien.

Ensuite vous n’avez plus qu’à nommer vos onglets (dans le champ Your tab name) et à insérer votre contenu (dans le champs Your tab content).

Pour ajouter un autre onglet, vous insérerez alors une autre ligne de code juste avant la balise de fermeture .

Voici un exemple de présentation :

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

 

Panne du plugin WordPress.com Stats: suite et fin

jetpack wordpress blogIl y a quelques jours je vous parlais de la panne sur le plugin WordPress.com Stats et sur la façon d’y faire face. Notamment en installant le plugin JetPack.

J’avais constaté qu’il y avait parfois un problème lors de l’activation de certains plugins de ce pack, dont celui qui nous préoccupait (WordPress.com Stats). Or, il s’avère que JetPack a été mis à jour depuis. La nouvelle version ne génère plus d’erreur fatale.

Par contre, quand vous activerez Sharedaddy, vous verrez apparaître le message suivant : The Sharedaddy module requires PHP version 5 or higher.

Pour y remédier c’est très simple.  Il suffit d’éditer le fichier .htaccess et d’y ajouter cette ligne de code : SetEnv PHP_VER 5.

Panne du plugin WordPress.com Stats

Si vous êtes utilisateurs de WordPress et que vous utilisez le plugin WordPress.com Stats, vous avez peut-être constaté que vos statistiques en temps réel n’étaient plus accessibles.

En lieu et place de votre graphique, vous lisez surement l’information suivante : Your WordPress.com account, « nom d’utilisateur » is not authorized to view the stats of this blog.

La panne est effective depuis 24 heures. Je l’ai constaté sur tous les blogs que je gère.

J’ai évidemment cherché une réponse à ce dysfonctionnement. Il n’y en a pas pour le moment. Sans doute faut-il prendre son mal en patience. Ou alors mettre en place une solution alternative.

Celle-ci existe. Sous la forme d’un plugin tout récent appelé JetPack.

L’extension, créée par les équipes de l’hébergeur WordPress.com, a pour but de permettre aux utilisateurs de WordPress hébergeant eux-même leur site de bénéficier des fonctionnalités de la plateforme.

C’est donc un pack contenant d’autres extensions qui seront automatiquement activées dès l’installation et la connexion à un compte WP.com.

Les extensions incluses sont celles-ci : WordPress.com Stats (celle qui nous enquiquine), Gravatar Hovercards, Twitter Widget, Shortcodes, Shortlinks, Latex, Sharedaddy et After the Deadline.

capture Jetpack

Vous ne pourrez pas activer ce plugin si votre version de WordPress est à la 3.0.5.

Un bémol tout de même. Si j’ai réussi à installer ce plugin sans problème sur deux de mes blogs (Attica et Impression Graphique), je rencontre un problème sur celui-ci lorsque je veux activer WordPress.com Stats et Sharedaddy. Problème indiqué par le message suivant : Le module n’a pas pu être activé car il a provoqué une erreur fatale. Peut-être y a-t-il un conflit avec un autre plugin que vous avez installé?

J’ai désactivé des tas de plugins, mais rien n’y fait.

Je vous fais signe dès que cela s’arrange.

Le truc qui peut faire gagner du temps #1

jour233 par Guillaume BrialonParfois la vie c’est simple comme un raccourci de clavier. C’est à partir de ce postulat que j’ai décidé d’ouvrir cette nouvelle rubrique dans laquelle je compte partager les trucs du web ou de l’informatique qui peuvent nous faciliter la journée (à cet instant, je me dis que ma phrase est super longue).

On m’a demandé, tout à l’heure, quel était le processeur de ma machine. Là, je me suis écrié Damn it! (comme la Présidente Alisson Taylor dans 24 heures), où vais-je trouver cette information technique vitale ?!

Dans le panneau de configuration sans doute. Quelque part à la rubrique système. Je précise que je travaille surfe rêve aime qu’au travers d’un PC. Et que j’ai arrêté les pommes après qu’un ancien de l’Élysée nous ait conseillé d’en manger plein.

Comme je voulais répondre bien, mais vite, j’ai donc effectué un petit raccourci de clavier qui m’a mené tout droit au dual core de mon processeur, soit :  les touches Windows (il y a le logo de la marque dessus) et la touche Pause qui se trouve en haut, dans la première rangée, à deux pas de la touche Suppr. Tout ça, bien sûr, avec deux doigts.

Cela marche avec n’importe quelle version de Windows. Normalement.

A un autre jour pour un autre truc.

crédit photo : jour233 par Guillaume Brialon

Finaliser une installation de WordPress

Une fois WordPress hébergé sur le serveur, vous allez pouvoir finaliser son installation afin de profiter pleinement de l’outil.

Rendez-vous sur la page http://www.mondomaine.fr/wp-admin/install.php ou http://www.mondomaine.fr/blog/wp-admin/install.php.

S’affiche alors la page suivante :

page de bienvenue de WordPress

Vous allez donner un titre à votre blog qui peut donc être différent de votre nom de domaine, modifier l’identifiant (par défaut WordPress propose admin), saisir à deux reprises votre mot de passe et une adresse de messagerie qui vous permettra à WordPress de vous envoyer toutes les notifications liées à l’activité dans l’administration de votre blog.

Je vous conseille de laisser cocher la case intituler “Autoriser mon site à apparaître dans les moteurs de recherche comme Google et Technorati”.
Sachez que si vous décochez cette case le temps de mettre en place votre blog (thème, premiers contenus, etc), vous pourrez ré-autoriser votre site à apparaître dans les moteurs ultérieurement.

NB : sachez que si vous laissez admin comme identifiant, vous ne pourrez pas le modifier ensuite. Vous serez alors obligé de créer au moins un nouvel utilisateur dans l’administration de votre blog, si vous souhaitez que vos billets soient signés avec un autre identifiant.

Une fois tous les champs renseignés, vous pouvez cliquer sur le bouton Installer WordPress.

A ce moment là s’affichera la page suivante :

page de félicitations

Vous recevrez également une notification sur l’adresse mail que vous aurez renseignée précédemment.

Vous n’avez donc plus qu’à vous connecter à l’administration de votre blog en cliquant sur le bouton Se connecter.

page de connexion administration WordPress

Maintenant vous pouvez rédiger votre premier billet.

Je ferai très prochainement un billet avec quelques recommandations pour optimiser votre blog.

 

Installer WordPress sur son serveur OVH

wordpress par kalexanderson

Cette étape ne peut avoir lieu que si vous avez activé votre base de données sur OVH.

1- Introduction

Ce tutoriel vous sera utile si vous utilisez Filezilla comme client FTP. Pour simplifier, Filezilla est l’outil qui vous permettra de charger tous les fichiers WordPress (ceux-ci seront d’abord stockés en local sur votre machine) vers votre serveur OVH.

Les coordonnées de votre serveur OVH vous sont fournies par mail lorsque votre hébergement est créé.

Les informations vous sont transmises ainsi par OVH :

VOS CODES FTP
————-
Ces codes vous permettront de mettre votre site en ligne
(Attention: Vos données doivent être mises en place dans le répertoire www)

Serveur ftp : ftp.mondomaine.fr ou ftp.starter.ovh.net
Login ou utilisateur : info transmise par OVH
Mot de passe : info transmise par OVH

Ce sont ces informations qu’il vous faudra saisir lorsque vous paramétrez Filezilla pour ce compte.

2- Installation de WordPress sur le serveur

– Téléchargement et paramétrage du fichier wp-config

Vous devez maintenant télécharger la dernière version de WordPress.

Une fois dézippé, vous obtenez un dossier WordPress dans lequel sont contenus 3 sous-dossiers : wp-admin, wp-content et wp-includes, ainsi qu’une multitude de fichiers qui seront tous à transférer sur le serveur dans le dossier www.

Parmi ces fichiers, il y en a un qu’il va falloir configurer pour permettre la gestion de votre blog par la base de données. Il s’agit du fichier wp-config-sample.

Vous allez avant tout le renommer ainsi : wp-config.

Puis vous allez l’ouvrir avec Dreamweaver ou avec Notepad++, si vous ne possédez pas la suite Adobe. Notepad++ est téléchargeable gratuitement via le lien suivant.

Nous allons ouvrir le fichier avec ConTEXT. Voici une capture (cliquer sur l’image)…

wp-config dans ConText

Voici les éléments (encadrés en noir) que vous aurez à modifier dans ce fichier (cliquer sur l’image)…

capture des éléments à modifier dans le fichier wp-config

Toutes ces informations vous sont données dans le mail que vous avez reçu lors de la création de votre base de données (voir le tutorial suivant).
Ce sont les données techniques suivantes (j’ai effacé mes informations personnelles pour les remplacer par des x) :

MySQL:
Serveur : mysqlx-x.xxxxx (DB_HOST dans le fichier wp-config)
Utilisateur : xxxxxxxxx (DB_USER dans le fichier wp-config)
Nom de la base : xxxxxxxx (DB_NAME dans le fichier wp-config)
Mot de passe : xxxxxxx (DB_PASSWORD dans le fichier wp-config)

NB : le noms de l’utilisateur et le nom de la base sont les mêmes.

Rappel : Pour le DB_HOST, vous devez saisir les coordonnées du serveur, soit mysqlx-x.xxxxx dans l’exemple.
N’oubliez pas de conserver les apostrophes qui encadrent les informations modifiées, comme ceci : ‘mysqlx-x.xxxxx’

Vous enregistrez les modifications et on passe à l’étape suivante.

3- Transfert de WordPress vers le serveur OVH via Filezilla

Vous devez ouvrir Filezilla et vous connecter au serveur.

transfert tout le contenu de WordPress dans le dossier www du serveur OVH

Ensuite vous allez transférer tout le contenu de WordPress dans le dossier www du serveur OVH.

Puis vous devrez supprimer le fichier index.html.

suppression du fichier index.html

Vous devrez supprimer le fichier index.html.

Ainsi l’url de la page d’accueil de votre blog sera : www.mondomaine.fr ou www.mondomaine.com

Si vous souhaitez héberger votre blog en complément de votre site statique, alors il faudra charger le contenu de WordPress dans un dossier que vous pourrez baptiser blog ou comme vous le souhaiterez.

l’url de votre blog sera alors la suivante : www.mondomaine.fr/blog ou www.mondomaine.com/blog.

Dans ce cas là l’index de votre site statique ne doit pas être supprimé.

cas index du site statique

NB : le dossier img présent ne gêne en rien. Il s’agit du dossier contenant les images de la page baptisée en construction fournie par OVH.

Une fois tout le contenu Worpress transféré, il ne reste plus qu’à finaliser l’installation de WordPress. Celle-ci fait l’objet d’un autre tutoriel.

Crédit photo: Kalexanderson via Compfight cc